• Le Fitou, vin rouge AOC

    Le Fitou est un vin rouge d’appellation d’origine contrôlée produit sur une petite partie au sud du massif des Corbières, dans l’Aude. Sur ce même terroir, les viticulteurs peuvent aussi élaborer, avec des cépages différents, les vins doux naturels rivesaltes et muscat de Rivesaltes.

    La Situation et le relief
    Le vignoble producteur de Fitou s’étend sur neuf communes et trois cantons du département de l’Aude. Le canton de Tuchan, le plus élevé avec une altitude moyenne de 234 mètres, celui de Durban-Corbières, autour de 177 mètres et le canton de Sigean, en bordure de méditerranée, est le plus bas avec 46 mètres. Cinq communes productrices, avec Fitou au centre, se situent entre 20 et 200 mètres d’altitude, quatre autres, avec Tuchan, sont implantées dans les Hautes Corbières, entre 200 et 300 mètres d’altitude. Le sommet dominant est le mont Tauch qui culmine à 917 mètres.

    La géologie
    Divisé en deux parties distinctes, ce terroir s’étale du niveau de la mer et remonte vers un massif de montagnes apparu il y a 65 millions d’années, quand la plaque ibérique s’est rapprochée du continent européen. Ces deux zones viticoles sont séparées par un plateau calcaire. Le vignoble de la partie littorale est planté sur des calcaires durs aux sols peu profonds et caillouteux. Pour
    le massif des Corbières, le sol se compose majoritairement de schistes ou de calcaires gréseux.

    Le climat
    Ce terroir viticole profite du climat de type méditerranéen qui se caractérise par des hivers doux, des étés secs, une luminosité importante. Il bénéficie de 300 jours d’ensoleillement par an. Cependant, la tramontane, vent parfois violent, souffle fréquemment et amène un peu de fraîcheur l’été.

    La culture et la réglementation
    La densité de plantation est de 4 000 ceps/ha afin d’obtenir des vins titrant 12 % minimum et produire un rendement fixé à 45 hl/ha. L’écartement des ceps est de 2,5 mètres maximum. La taille est aussi règlementée, elle doit être courte, dite en « cordon de royat », pour ne laisser que 12 yeux par souche. La syrah fait exception avec une taille plus longue ne laissant que 10 yeux maximum sur le cep.

    La Vinification et l’élevage
    Deux procédés sont utilisées en vinification :
    • La macération carbonique qui utilise la macération en raisins entiers. Les vins obtenus sont souples et fruités et doivent se consommer rapidement. Elle a permis d’utiliser les qualités du raisin des jeunes vignes carignan N, en supprimant les défauts qui produisaient des vins âpres et tanins herbacés avec un rendement trop élevé.

    • La vinification traditionnelle qui implique éraflage et foulage de la vendange. Puis des cuvaisons courtes, entre 8 et 10 jours.

    Ces deux méthodes de vinification peuvent permettre ensuite un assemblage des vins ainsi obtenus, alliant ainsi, fruité et élégance à la puissance tannique. L’élevage se fait essentiellement en barriques. Ces vins sont consommables à partir du 1er mai suivant la récolte. Mais une de leurs qualités est leur aptitude au vieillir, l’âge apportant des arômes épicés et une ampleur en bouche avec tanins plus fondus. Le minimum d’élevage en barriques bois est d’un an.